Le Laboratoire Psychologie & Neurosciences (LPN)

.
Ce Laboratoire de l’IME a pour objectif général d’étudier le comportement humain – à la fois sain et pathologique – avec les techniques expérimentales de la psychologie et de l’imagerie cérébrale qui s’y rapportent.

Le LPN réalise des travaux de recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de la psychologie cognitive, la psychologie clinique, la psychologie de la santé, et des neurosciences cognitives et sociales. Regroupant des chercheurs spécialisés dans des domaines scientifiques distincts, l’originalité du laboratoire repose sur la complémentarité de leurs approches qui permet d’aborder la thématique du comportement humain sous un angle réellement pluridisciplinaire.

L’équipe du LPN assure des activités de recherche clinique, fondamentale et appliquée.

Tous ses travaux sont accessibles à tous et présentés dans des congrès scientifiques et professionnels et/ou publiés dans des revues scientifiques, ils sont ensuite vulgarisés sous de multiples formats : interviews, conférences, articles, livres…

Le Laboratoire Psychologie & Neurosciences (LPN) réalise une étude croisée des comportements humains, autour de la problématique du changement, tant en termes de prévention et traitement des pathologies individuelles que de gestion des modes de vie collectifs.


Enjeux

Les disciplines scientifiques autour du comportement sont nombreuses (neurosciences, psychiatrie, psychologie, sociologie, anthropologie, pédagogie, management, économie comportementale, etc.). Dans le même temps, elles souffrent de leur relative jeunesse.
Ce qui induit un déficit, tant en termes :

  • de méthodologie que de pratique d’interdisciplinarité,
  • de transfert de compétences des sciences fondamentales vers les domaines applicatifs… que de remontée des besoins du terrain vers les laboratoires.

Ce cloisonnement explique sans doute largement le retard des sciences du comportement qui doivent être enrichies, objectivées et structurées pour servir le débat sociétal.
Concrètement, cela a vocation à faciliter et outiller les stratégies interventionnelles mises en œuvre par les professionnels et les institutions, tant publiques que privée, pour prévenir et gérer les dysfonctionnements intégrant le volet comportemental.

Et les champs d’application sont nombreux,  tant les comportements interfèrent avec de nombreuses activités humaines :

  • La santé préventive, surtout depuis que l’on sait par l’épidémiologie que moins de 10% des facteurs de maladies ou de santé dépendent de notre génétique (dont la moitié, de surcroît, est modulée par l’environnement via les mécanismes de l’épigénèse). Ce qui signifie que plus de 90% sont produits ou largement modulés par l’environnement et notre mode de vie en particulier, qui implique lui-même largement nos comportements.
  • L’acquisition d’éco-gestes, qui inclut la prise de conscience individuelle des enjeux écologiques, sociaux et économiques de nos actes quotidiens, l’individualisation face aux sollicitations et pressions sociales (conformisme, soumission à l’autorité, etc.) et, par contraste, les incitations/facilitations collectives (nudges, fiscalité verte, etc.).
    La sensibilisation et la formation au savoir-être, qui passe par l’élargissement des connaissances des sciences et neurosciences, l’affirmation de soi dès l’école, la prévention de l’agressivité et de la violence…
  • La prévention en matière de sécurité routière, domestique…et plus largement vis-à-vis de tout type de troubles ou addictions comportementales qu’il est possible d’anticiper pour partie, voire de gérer.
  • etc.

Pour répondre à ces immenses défis et leurs lourdes conséquences – économiques, sociales et environnementales –  le décryptage des comportements, avec les connaissances dont nous disposons, est essentiel. Cela constitue aujourd’hui le « maillon faible » des politiques/stratégies menées par ceux qui décident et gouvernent, alors que nous avons pourtant les moyens de faire différemment.

.
Atouts de la transdisciplinarité

Au-delà de ces enjeux de lisibilité et transfert de connaissances (donc de retour sur investissement pour la société), la transdisciplinarité est aussi et d’abord une nécessité scientifique.
Au même titre que le scanner permet d’intégrer et de modéliser en 3 D les données issues de multiples clichés en 2D, comprendre les modes de vie, les relations de l’individu à son environnement, ses capacités d’adaptation, ce qui promeut chez lui le changement ou explique ses résistances, nécessite de croiser les approches et disciplines.
L’une des disciplines scientifiques que nous avons intégrées au LPN est l’éthologie. Essentiellement descriptive, elle a pour objectif de répertorier l’ensemble des comportements d’une espèce pour dresser un éthogramme, permettant notamment de décrire les signaux non-verbaux subtils lors d’interactions sociales.
La complexité relève des différents niveaux d’analyse que cela implique (situationnels, structurels…) et des interactions entre ces niveaux.
L’approche transdisciplinaire que nous pratiquons dans nos recherches nous apparaît indispensable pour appréhender efficacement cette complexité.

 

Axes de recherche

Nos chercheurs étudient les modalités neurocognitives de nos apprentissages, autrement-dit ce qui dans nos schémas mentaux ou comportementaux pourrait être attribuable, non pas à des apprentissages, mais à des composantes de fonctionnements plus universelles et constituant l’expression directe de l’activité de réseaux neuronaux spécifiques. Illustrons le propos avec les modes mentaux dits automatique ou adaptatif, qui permettent de faire face, respectivement, au connu ou à l’inconnu, en mobilisant très différemment le cerveau. La description clinique de telles dimensions neurocognitives (ou « contenants ») dans nos comportements, cognitions et émotions (ou « contenus ») a notamment pour objectif de mettre au point des stratégies d’intervention à la fois plus efficientes, universelles – donc trans-générationnelles, transculturelles – et au final plus aisément extrapolables dans de multiples champs.

 

En d’autres termes :

  • Comment stimuler ou inhiber, en pratique courante de psychologie, médecine, pédagogie ou management… les structures et réseaux cérébraux que l’on sait ou suppose plus particulièrement impliqués et pertinents dans la mise en œuvre de telle ou telle compétence ou habileté sociale ?
  • Par exemple, les comportements de soumission ou de dominance ont-ils un rôle déterminant à jouer dans l’adoption ou non d’éco-gestes ? dans la gestion du stress et la réussite professionnelle et sociale à long terme ?

Plus généralement, nos travaux s’articulent autour de 4 axes de recherche prioritaires, qui tracent les contours d’une 4e vague neurocognitive des TCC :
.

Equipe

Les travaux mis en œuvre par notre Laboratoire Psychologie & Neurosciences (LPN) rassemble des scientifiques aux compétences complémentaires :

  • Jacques Fradin, Dr. en Médecine, Directeur Scientifique
  • Camille Lefrançois : Chef de projet, Psychologie Clinique (Dr. en Psychologie)
  • Elisa Monfardini : Chercheure associée, Neurosciences Cognitives (Dr. en Neurosciences)
  • Riadh Lebib : Chercheur associé, Neurosciences Cognitives (Dr. en Neurosciences)
  • Stéphanie de Chalvron : Chercheure associée (Docteur en Psychologie Cognitive, Psychologue Clinicienne et ingénieur de Recherche)
  • Aurélie van Dijck : thésarde en Psychologie (sous la Direction académique du Pr. El Massioui, Paris 8)

Le LPN coopère avec des scientifiques de divers organismes, notamment :

  • Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL, équipe ImpAct, Inserm – CNRS – Université Lyon 1) sur l’apprentissage en contexte social chez l’homme… et, comparativement, aussi le singe.
  • Laboratoire Epsylon de Montpellier (Université de Montpellier 3), Département psychologie cognitive.

Principales communications

Scientifiques :

Lefrançois, C. & Fradin, J. (2017, 16-17th October). Primitive social rank and assertiveness disorders: towards a new model of neurobehavioral therapy for psychiatric disorders. In Unifying the new discoveries and advanced approaches towards mental health and well-being. 4th International Conference on Mental Health and Primary Care, Toronto, Canada.

Lefrançois, C. & Fradin, J. (2017, 16-17th October). Embitterment disorder and social avoidance: new link, model and behavioral therapy. In Unifying the new discoveries and advanced approaches towards mental health and well-being. 4th International Conference on Mental Health and Primary Care, Toronto, Canada.

Monfardini, E., Reynaud, A. J., Prado, J.,  Meunier,  M. (2016), Social  modulation  of  cognition: lessons  from rhesus macaques relevant to education. Neuroscience and Biobehavioral Reviews, 12, 002.

Monfardini, E., Redouté, J., Hadj-Bouziane, F., Hynaux, C., Fradin, J., Huguet, P., Costes, N. & Meunier, M. (2015). Others’ sheer presence boosts brain activity in the attention (but not the motivation) network. Cerebral Cortex, pii: bhv067.

Lefrançois, C., Van Dijk, A., El Massioui, F., Galmiche, Z. & Fradin, J. (2013). Deux cas de TOC traités par thérapie comportementale du Positionnement Grégaire. Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive, 23, 113-123.

Fornette, M.-P., Bardel, M.-H., Lefrançois, C., Fradin, J., El Massioui, F. & Amalberti, R. (2012). Cognitive-adaptation training for improving performance and stress management of Air Force pilots.The International Journal of Aviation Psychology, 22(3), 203-223.

Lefrançois, C., Van Dijk, A., Bardel, M.-H., Fradin, J. & El Massioui, F. (2011). L’affirmation de soi revisitée pour diminuer l’anxiété sociale. Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive, 21, 17-23.

Lefrancois, C., Galmiche, Z., Van Dijk, A., El Massioui, F., Fradin, J. (2011, September). A new assertiveness based therapy applied to OCD. Poster presented at the 41st Congress of the European Association of Behavioral and Cognitive Therapy (EABCT), Reykjavik, Iceland.

Lefrançois, C., Moghaizel, C., Fornette, M.-F., Amalberti, R., Fradin, J., & El Massioui, F. (2010). Cognitive training program and performance in non-controlled situations : A study with student-pilots of the French Air Force. Open paper presented at the 6th World Congress of Behavioral and Cognitive Therapies (WCBCT) meeting, Boston, United States.

Lefrançois, C., Moghaizel, C., Fornette, M.-F., Amalberti, R., Fradin, J., & El Massioui, F. (2010, June).Cognitive training program and performance in non-controlled situations : A study with student-pilots of the French Air Force. 6th World Congress of Behavioral and Cognitive Therapies (WCBCT) meeting, Boston, United States.

Lefrançois, C. Moghaizel, C., Fornette, M.-F., Amalberti, R., Fradin, J., & El Massioui, F. (2009, September) Adaptive mental modes and performances in non-controlled situations: A study with student-pilots of French Air Force. Poster presented at the 41th EBBS (European Brain and Behaviour Society) meeting, Rhodes Island, Greece.

Fornette, M. P., Lefrançois, C., Fradin, J., Amalberti, R., & El Massioui, F. (2008, April). Effects of Cognitive Change Training on Performance and Emotions of Military Aviation Trainees. Poster presented at the 15th Annual Cognitive Neuroscience Society Meeting, San Francisco, USA.

Fornette, M. P., Lefrançois, C., Fradin, J., Amalberti, R., & El Massioui, F. (2008, June). Effets de techniques de changement cognitif sur la performance et les émotions d’élèves pilotes militaires. Poster presented at the 3èmes Biennales de la Recherche du Service de Santé des Armées, Paris, France.

Robbana-Barnat, S.,  Rabache, M., Rialland, E., & Fradin, J. (1996). Heterocyclic amines: occurence and prevention in cooked food. Environmental Health Perspectives, 104, 3, 280-288.

Robbana- Barnat, S., Rialland, E., Rabache, M. & Fradin, J. (1993). Toxicity of heated food in relation to cooking temperature: 1 – heterocyclic amines. Environmental Medicine, vol. 9, 3, 102-112.


Vulgarisation : ​

Lebib, R. (in prep.). Gestion des Modes Mentaux et Cerveau.

Fradin, J. & Lefrançois, C. (2014). La Thérapie Neurocognitive et Comportementale (TNC). Prise en charge neurocomportementale des troubles psychologiques et psychiatriques. Bruxelles : De Boeck.

Fradin, J. (2009). Du stress en situation d’incertitude et de crise : une lecture neuronale et comportementale. In T. Portal (Ed.), Crises et facteur humain : Les nouvelles frontières mentales des crises (pp. 93-106). Bruxelles : De Boeck Université.

Fradin, J., Aalberse M., Gaspar L., Lefrançois C. & Le Moullec F. (2008). L’intelligence du stress. Paris : Eyrolles.

Interview de E. Monfardini par Psychologies Magazine, concernant le «Pouvoir des influences ». A paraître.

Interview de E. Monfardini dans ScienceNews.com (17 avril 2015). Being watched can boost productivity (https://www.sciencenews.org/article/being-watched-can-boost-productivity?mode=topic&context=69&tgt=nr).

Interview de E. Monfardini dans Actualités INSERM (14 avril 2014). Le mimétisme nécessaire à l’apprentissage.  (http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/le-mimetisme-necessaire-a-l-apprentissage). Ce communiqué a été ensuite repris par de nombreux autres sites Web médias (TopSanté, Doctissimo, Kontax.com, …)

Fradin, J. & Lefrançois, C. (2013). Dominant ou dominé ? L’Essentiel de Cerveau & Psycho, N°16, 40-45.

Interview de R. Lebib dans Arnsten, A., Mazure, C. & Sinha, R. (2012). Le cerveau stressé. Pour la Science, n°418, 70-75.

Jonville, E., Lefrançois, C. & Fradin, J. (2012). Bien utiliser son cerveau pour vivre sans stress.  L’Essentiel de Cerveau & Psycho, N°10, pp 84-89.

Lefrançois, C. & Fradin, J. (2010). Gestion du stress et neuroplasticité. Culture Psy Neurosciences, N° 16, pp 14-15.

Print Friendly, PDF & Email